Investir en Côte d’Ivoire

afriksoir-net-investir-en-ci

Après une décennie d’absence, la Banque africaine de développement est revenue en 2014, transférant son siège de la Tunisie à Abidjan.

« Dès le retour de la Banque et avant cela, les opportunités de croissance offertes par la paix et la stabilité ont été énormes « , a déclaré Frannie Leautier, première vice-présidente de la Banque africaine de développement.

Ces dernières années, la Banque africaine de développement a contribué à l’un des plus grands projets d’infrastructure privés du pays : l’impressionnant pont Henry Konan Bedié (HKB).

Combler le fossé

Le pont HKB enjambe la lagune d’Ébrié, reliant le côté résidentiel riche d’Abidjan au nord aux quartiers d’affaires et industriels de la ville au sud.

Le pont a grandement amélioré la qualité de vie à Abidjan, en réduisant de 30 minutes la durée totale des trajets du conducteur moyen.

La construction de l’autoroute a pris trois ans et a coûté 250 millions de dollars. La Banque africaine de développement a versé 65 millions de dollars pour son achèvement. « Ce sont généralement des projets coûteux. Il faut faire appel à plusieurs joueurs « , dit Leautier.

Pour plus d’informations , consulter aussi ce lien : https://www.afriksoir.net/

Apporter le pouvoir au peuple

D’autres investissements clés dans le pays sont visibles dans le secteur de l’énergie qui progresse rapidement. Au cours des 20 dernières années, le producteur indépendant d’électricité Ciprel a investi 560 millions de dollars pour répondre à la demande croissante.

« La demande d’électricité a augmenté de 10 % par an au cours des cinq dernières années « , explique Ralph Olayé, directeur du développement commercial d’Eranove, la société mère de Ciprel.

Une nouvelle industrie naît de la terre

La Côte d’Ivoire dispose à la fois de ressources naturelles pour produire de l’hydroélectricité et de gaz pour produire de l’énergie thermique. Selon M. Olayé, le pays  » est au service d’un moteur pour la région « .

Malgré l’étendue du réseau national du pays, ce qui signifie que plus de 80 % des habitants vivent à quelques mètres de la ligne électrique, seule une petite partie de la population ivoirienne a accès à l’électricité à domicile.

« Actuellement, le pourcentage de la population raccordée au réseau est de l’ordre de 40 % « , explique M. Olayé.

Cela est dû au fait que de nombreux Ivoiriens n’ont pas les moyens d’acheter et d’installer des compteurs. Le gouvernement s’emploie à supprimer le coût initial de la fourniture d’un compteur par le biais d’un programme appelé « Électricité pour tous ».

« Nous nous attendons à ce que la croissance devienne plus inclusive afin que la population en profite davantage que ce qu’elle en a bénéficié », déclare Dhaneshwar Ghura, chef de mission du FMI en Côte d’Ivoire.

En savoir plus aussi : http://abidjancity.over-blog.com/2019/06/les-10-meilleurs-footballeurs-ivoiriens-de-tous-les-temps.html

Publicités

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s